Notre association sera présente aux forums des associations de Vernouillet et de Verneuil-sur-Seine

Ces forums sont pour nous l’occasion de rencontrer nos amis et adhérents afin d’échanger librement sur un sujet qui nous concerne tous : notre environnement.

Nous vous invitons à venir nous rencontrer à l’un des deux forums où nous serons présents :

  • Vernouillet : Samedi 3 septembre 2016 de 10h à 18h au gymnase de l’Amandier,
  • Verneuil-sur-Seine : Dimanche 4 septembre 2016 de 10h à 17h30 au complexe sportif François-Pons.

N’hésitez pas à venir nous voir.

 

 

Les aménagements pour les piétons et les cyclistes dangereux pour la circulation ?

La municipalité de Verneuil-sur-Seine vient de mettre une partie du centre-ville en zone 30 : une belle initiative critiquée par bon nombre d’automobilistes qui considèrent que tout ce qui porte atteinte à leurs privilèges est inacceptable.

Depuis quelques années, une révolution silencieuse a permis aux piétons et cyclistes de reprendre un peu possession de l’espace public : de l’instauration des zones 30 à l’autorisation des doubles-sens cyclables, les mobilités douces sont favorisées mais les automobilistes ont l’impression que cela augmente les risques. Regardons les chiffres de la sécurité afin d’évaluer ces nouvelles pratiques.

Intéressons-nous d’abord au nombre de piétons tués chaque année en France : ils sont renversés par des voitures ou des motos (jamais un piéton n’a tué un automobiliste). Le nombre de victimes a nettement diminué à partir de 2003 (l’année de mise en place des radars) et depuis il diminue constamment pour passer sous la barre des 500 piétons tués par an. Sachant que les piétons n’ont pas changé de comportement, c’est bien la baisse de la vitesse des voitures qui améliore la sécurité.

mortalité piétons

En ce qui concerne le nombre de cyclistes tués, on observe une tendance semblable mais ce nombre s’est stabilisé autour de 150 malgré l’augmentation considérable de l’utilisation du vélo ces dernières années (et l’augmentation des double-sens cyclables).

mortalité cyclistes

Ces chiffres montrent que c’est que c’est bien le comportement des automobilistes qui est dangereux et non le comportement des piétons ou des cyclistes. Lorsque la vitesse des voitures diminue, les piétons et les cyclistes comptent moins de victimes dans leurs rangs. Le double-sens cyclable en faisant ralentir les voitures contribue également à améliorer la sécurité de tous.

Il faut donc limiter la vitesse à 30 km/h dans toutes les villes comme cela a été fait dans les agglométations de Grenoble (400 000 habitants), Sceaux, Bougival, Fontainebleau, Fontenay-aux-Roses, etc. Diminuer partout la vitesse des voitures pour rendre nos villes plus sûres tout en réduisant le bruit et la pollution.

Les temps ont changé : désormais les aménagements urbains ne doivent plus uniquement viser à faire le bonheur des voitures.

 

double sens cyclable

Tous les chiffres cités sont consultables sur le site de l’observatoire interministériel de la sécurité routière.

 

 

Projet de déviation de la RD154 : où en est-on ?

Nombreux sont les amis ou adhérents de notre association qui nous posent régulièrement la question « mais alors, elle va se faire cette déviation ? ». Nous indiquons dans cet article les éléments permettant d’évaluer l’avancement de ce projet que nous contestons.

 

Reprenons  les différents volets de ce dossier sous forme d’abécédaire :

Autorisations

Le Département a obtenu la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) de ce projet le 25 avril 2005. Il lui faut encore produire un dossier d’autorisation pour la destruction des espèces protégées présentes sur le tracé de la déviation. Les inventaires faune-flore ont été réalisés. Les spécialistes de notre association veillent sur ce dossier.

Déclassement de la RD154 dans les communes de Verneuil et de Vernouillet

Comme l’a rappelé récemment Philippe Tautou dans la presse, ce sont bien les communes qui devront prendre en charge les travaux d’aménagement de l’ancienne RD154 dans le cas où la déviation serait construite.

Expropriations

A ce jour, à notre connaissance, le Département n’a pas commencé à exproprier les particuliers propriétaires de parcelles. Seule l’Agence des Espaces Verts (AEV) a cédé sans combattre les terrains dans le bois de Verneuil ce qui a permis de construire le giratoire sur la route des Mureaux.

Futur

Le risque est grand une fois la déviation mise en service de continuer à construire des ouvrages pour par exemple faire un accès à l’hôpital de Bécheville ou pour relier le rond-point de l’Europe aux Mureaux afin de faire une liaison vers l’autoroute A13. Bien entendu, tant que notre association vivra, nous nous opposerons également à ces projets.

Giratoires

Initialement, la taille des giratoires prévus sur le tracé atteignait 70 m de diamètre. Depuis, le Département les a réduits à 40 m. Si 40 m suffisent, pourquoi avoir imaginé initialement des giratoires de 70 m ?

Habitations sur le tracé du projet de déviation

Le Département a fait le choix de faire passer la déviation sur deux habitations de gens du voyage sédentarisé ; il doit maintenant reloger les familles à proximité. L’association Pact78 a été missionnée pour trouver une solution mais pour l’instant, cela ne semble pas aboutir. A noter que le Département a des difficultés à faire l’acquisition d’un terrain à l’amiable à un prix raisonnable dans la zone (la DUP ne peut pas être utiliser pour cette démarche).

Information sur le projet

La seule information fournie par le Conseil Départemental est un site internet mis à jour de façon épisodique. A noter la tenue d’une réunion d’information le 5 octobre 2015 annoncée sur le site du Conseil Départemental dans l’après-midi du même jour.

Jean-François Raynal

Le vice-président en charge des mobilités au Conseil Départemental est un fervent partisan de ce projet.

Montant de la déviation

Dans le dossier mis à l’enquête en 2004, le cout de la déviation avait été estimé à 24 M€ (euros 2012). Sur la base de ce chiffre, nous avons en utilisant les indices de la construction, estimé le cout 2018 à 40 M€. Depuis le Conseil Départemental s’est engagé à respecter l’estimation initiale de 24 M€, notamment en diminuant la taille des giratoires mais il est probable que l’enveloppe prévue sera dépassée. A noter que Pierre Bédier a annoncé dans la presse qu’il augmentait la part départementale de la taxe foncière pour financer les projets, en particulier la déviation de la RD154.

Ordonnance d’expropriation

Quelques propriétaires ont porté un recours contre l’arrêté de cessibilité publié le 27 juin 2014 et un propriétaire s’est pourvu en cassation contre l’ordonnance d’expropriation publiée le 8 aout 2014. Tant que ces affaires ne sont pas jugées, le Département ne peut pas procéder à l’expropriation  des parcelles concernées.

Philippe Tautou

Il est arrivé en 1989 au Conseil Municipal de Verneuil-sur-Seine avec son projet de déviation sous le bras. Nous avons de bonnes raisons de penser qu’il repartira en 2020, sans pouvoir procéder à l’inauguration de sa déviation.

Que peut construire le Département ?

Ayant une DUP pour construire la déviation, le Conseil Départemental ne peut pas construire autre chose que ce qui était prévu dans sa demande d’autorisation ; il peut construire plus petit (ce qu’il a fait en réduisant la taille des giratoires), il ne peut pas construire autre chose. Nous proposons de ne rien construire du tout.

Recours de notre association contre le projet

Ayant épuisé tous les recours possibles au niveau national, nous avons déposé un recours auprès de la Commission Européenne pour destruction de zone humide en février 2015. La Commission vient de nous demander des compléments d’information que nous lui avons transmis.

Suite de nos actions

Nous remobiliserons nos amis et adhérents dès qu’un événement significatif se produira sur le projet.

Travaux de construction de la déviation

Le Département a construit un premier giratoire sur la route des Mureaux (intersection de la RD154 et de la RD29) l’été dernier pour un montant de 500 000€. La suite (éventuelle) des travaux est prévue en 2017 et 2018. A noter que le chemin créé récemment dans le bois est lié à l’exploitation de la carrière Terreal et non à un début de construction de la RD154.

Victoire

Peut-on gagner contre le projet de déviation ? Nous luttons pied à pied, centimètre par centimètre, mettant chaque fois que c’est possible un grain de sable pour enrayer le processus. Nous avons déjà gagné 10 ans. Le projet a déjà été mis en stand-by dans le passé ; l’opposition au projet reste très forte ; il peut y avoir des problèmes financiers ; la politique de mobilité du Département peut évoluer.

ZNIEFF

Le projet de déviation de la RD154 traverse deux ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique) : la ZNIEFF Zone humide des Planes et la ZNIEFF Bois Régional de Verneuil. Ces protections montrent l’intérêt écologique de la zone impactée par le projet de déviation.

 

Nous restons déterminés et avec votre aide nous continuerons à combattre ce projet dévastateur pour l’environnement et dont le seul but est d’améliorer le confort des automobilistes.

 

 

Trois enquêtes publiques en juin-juillet sur Verneuil, Vernouillet et les Mureaux

Les mois de juin et juillet sont des mois traditionnels pour les enquêtes publiques : difficile en cette période d’aller s’enfermer dans une salle de la mairie pour éplucher un dossier technique comprenant des centaines de pages. Pourtant, rappelons que même si la méthode peut sembler désuète, l’enquête publique constitue la seule consultation du public qui soit réglementaire.

Enquête au titre de la loi sur l’eau pour la construction d’un centre commercial – Deck78 – sur les communes de Vernouillet et Triel-sur-Seine

L’enquête se déroulera sur les communes de Médan, Vernouillet et Triel-sur-Seine du lundi 13 juin 2016 au lundi 18 juillet 2016 inclus. Attention, seulement une permanence du commissaire-enquêteur en dehors des heures de bureau le samedi  18 juin 2016 de 9h00 à 12h00 à la mairie de Vernouillet. Vous pouvez accéder ici à l’avis de l’autorité environnementale sur ce dossier.

Lien vers le dossier Loi sur l’Eau mis à l’enquete.

.

Enquête publique sur le déclassement partiel de la place du Général de Gaulle à Verneuil-sur-Seine pour construire de nouvelles places pour les bus

L’enquête se déroulera à Verneuil du 13 au 27 juin 2016 inclus. Le dossier est consultable au service urbanisme de la mairie. Une seule permanence du commissaire-enquêteur en dehors des heures de bureau le mardi 21 juin de 17 à 20h.

.

Enquête publique pour demande d’autorisation conjointe (installation classée et permis de construire) par la Société AIRBUS pour l’implantation aux Mureaux, d’un nouveau bâtiment qui accueillera la fabrication de l’étage principal du futur lanceur Ariane 6.

L’enquête se déroulera du 1er juin 2016 au 30 juin 2016 inclus.

L’ensemble du dossier (très technique) est accessible ici.

.

Rappelons que toutes les enquêtes publiques (Installations classées pour l’environnement, eau, carrières, urbanisme) sont accessibles sur le site de la préfecture .

 

Plus de carburant dans les stations-service : enfin une bonne nouvelle

En cette période où les mauvaises nouvelles s’accumulent en ce qui concerne l’environnement (réchauffement climatique, atteinte à la biodiversité, destruction des espaces naturels et agricoles), il arrive que l’actualité donne un petit espoir à ce qui pourrait être notre avenir s’il n’y avait définitivement plus de carburant pour les voitures.

 

Rappelez-vous, c’était il y seulement quelques jours : les automobilistes vous considéraient, vous cyclistes et piétons, comme des gêneurs. Aujourd’hui, ils ont perdu de leur superbe : on les voit en files interrompues, le regard hagard devant les stations-service espérant récupérer quelques litres de ce précieux carburant.

A simply

Ce petit intermède sans carburant ne va malheureusement pas durer mais il permet de rêver à un avenir différent :

  • Pas de déviation de la RD154,
  • Pas de liaison RD30/RD190 et construction du pont d’Achères,
  • Pas d’A104.

Bref plus de ces projets routiers élaborés au siècle dernier mais des projets d’avenir innovants et non polluants.

On peut rêver.

chez total

P.S. : on aperçoit sur la photo, le vélo de l’auteur de ces lignes qui a gardé toute sa mobilité.

 

Du glyphosate devant chez moi

Ce matin, je découvre une camionnette chargée de glyphosate devant chez moi : une occasion de s’interroger sur l’utilité de la pratique de l’épandage de produits phytosanitaires dans l’espace public

La semaine dernière, le conseil municipal de Verneuil s’est réuni en cellule de crise : motif : une pâquerette (Bellis perennis) pousserait devant la porte du domicile du président de l’association ADIV-Environnement.

paquerettes

Face à cette situation intolérable, le maire de la ville, également président de GPS&O, a pris la décision qui s’imposait : il a fait appel aux meilleurs spécialistes de la lutte contre ces plantes qui menacent notre avenir.

épandage

 

En quelques minutes, toutes les folles herbes dangereuses ont été anéanties par un produit bien connu, ayant la réputation d’être totalement inoffensif (TRESOL ECOVERT PJT : Glyphosate).

 étiquette produit

Depuis, tout va mieux : d’ici quelques jours, on ne verra plus que du beau goudron bien propre devant chez moi.

Notons que la municipalité de Verneuil s’était engagée à respecter la charte biodiversité mais c’était juste pour faire écolo. Il parait qu’il faut écouler les stocks mais vu que c’est une société privée (EdenVert !) qui réalise ce travail, on ne voit pas très bien pourquoi il y aurait des stocks à écouler au niveau de la communauté d’agglomérations.

Pour que cela se produise devant chez vous, nous vous invitons à signer la pétition contre l’épandage de produits phytosanitaires lancée par l’association Pissefontaine Environnement.

 

Mise à jour : le lendemain de l’intervention, les choses vont déjà beaucoup mieux

paquettes J +1

 

CALIPSO, une classification sonore pour les avions légers

 

Le Ministère de l’Environnement a mis en place une procédure permettant de classer les avions selon leur niveau de bruit afin de faciliter la concertation avec les riverains. Nous avons pu constater que les aéroclubs présents sur l’aérodrome des Mureaux se sentent peu concernés par cette démarche.

Le site du Ministère de l’Environnement indique que CALIPSO (Classification des Avions Légers selon leur Indice de Performance Sonore) est une méthode de classification des avions en différentes catégories selon le niveau de bruit qu’ils produisent en situation réelle de vol. Ce projet novateur a été développé par la direction générale de l’Aviation civile (DGAC) pour concilier de manière durable l’intérêt des usagers de l’aviation légère et les attentes des riverains.

En mettant à la disposition du public des données objectives relatives au bruit des avions, CALIPSO devrait favoriser le dialogue entre les usagers de l’aviation légère et les riverains des aérodromes.

CALIPSO permet :

  • à tout public de consulter la classe d’appartenance des avions référencés,
  • aux propriétaires d’avions légers de procéder à une demande de classification de leur avion, complétant ainsi la base de référence.

Il existe 4 classes de la classe A (appareils les moins bruyants) à la classe D.

Cette démarche est gratuite jusqu’au 1er juillet 2016 pour les propriétaires d’avions car les frais sont pris en charge par la DGAC.

Nous avons constatés que pour les quatre aéroclubs présents sur l’aérodrome des Mureaux (qui totalisent 17 appareils sur environ 80), seuls 5 appareils ont été évalués suivant la procédure CALIPSO comme indiqué dans le tableau suivant :

 

Aéroclub Nombre d’appareils Nombre d’appareils évalués Classification
Neuilly 2 0
Paul-Louis Weiller 4 0
Roger Janin 9 3 1 appareil en classe C

2 appareils en classe A

Val de Seine 2 2 1 appareil en classe C

1 appareil en classe D

Aucun autre avion n’a été évalué selon la procédure CALIPSO, il y a donc seulement 5 avions sur les 80 basés à l’aérodrome des Mureaux qui ont été évalués.

On voit que bien que générateurs de nuisances et subventionnés par la collectivité, les pilotes font peu d’efforts pour aller dans la voie de la conciliation. Rappelons que la rédaction d’une charte entre les associations représentant les riverains et les pilotes de l’aérodrome des Mureaux n’a jamais abouti du fait de la mauvaise volonté des représentants des pilotes. Nous avons néanmoins demandé à rencontrer la sous-préfecture de Saint-Germain-en-Laye pour évoquer ces questions.

Les riverains pourront constater également que leur intuition était bonne : il y des avions qui sont extrêmement bruyants (classe C et D) qui passent au-dessus de leur domicile.

Les Cartes des secteurs d’information de vol qu’utilisent les pilotes indiquent : « Survol des villes des Mureaux, Triel, Verneuil, Vernouillet et Chapet interdit. Compte-tenu de l’environnement et des nuisances sonores, respecter le circuit publié dans la mesure du possible ».

Visiblement, certains pilotes ont une interprétation toute personnelle de la notion de respect.

.

Dépliant explicatif sur la démarche CALIPSO

.

Pourquoi autant d’avions à basse altitude dans le ciel ce matin ?

Ce dimanche 8 mai 2016 s’annonçait très bien avec un soleil magnifique, promesse d’une matinée calme au jardin mais les avions de lignes sont passés très bas toute la matinée

Nous nous situons à environ 40 km de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, dans l’alignement des pistes. Nous avons donc l’habitude de voir notre territoire survolé par des avions de ligne, à plus ou moins basse altitude.

Mais ce dimanche de printemps, plusieurs phénomènes se sont conjugués pour que nous nous ayons l’impression d’habiter à proximité immédiate d’un aéroport :

  • Il fait beau et donc nous nous allons plus facilement à l’extérieur,
  • Beaucoup de vols provenant de destinations lointaines (donc les plus gros avions) arrivent le matin après une nuit de vol,
  • Le vent est orienté à l’Est obligeant les avions provenant d’Asie à effectuer un demi-tour à basse altitude au-dessus de notre territoire (les avions décollent et atterrissent face au vent).

Si ces dernières années, des efforts ont été faits pour que les avions optimisent leur descente vers les aéroports pour diminuer les nuisances, lorsque les avions doivent contourner l’aéroport pour se présenter face au vent, cette manœuvre s’effectue à plus basse altitude.

 Le site www.flightradar24.com permet de visualiser ces manœuvres :avions roissy

En cas de vent d’Est, nous sommes à la fois survolés par les avions provenant directement de l’Ouest et par les avions provenant de l’Est à plus basse altitude qui contournent l’aéroport (en cas de vent d’Ouest, la situation est inversée). Bien entendu à ces avions de ligne, il faut ajouter les avions de tourisme de l’aérodrome des Mureaux qui ne sont pas répertoriés sur ces cartes.

Avec environ 64 millions de passagers en 2014, l’aéroport de Roissy est le deuxième d’Europe après celui de Londres, et le huitième du monde pour le nombre de voyageurs. Il est dans les mêmes classements pour le fret.

Aéroport de Paris indique que, avec de très importants travaux, il pourrait être construit, au nord du terminal 2E, un nouveau terminal portant la capacité maximale de l’aéroport à 140 millions de passagers ; ce nouveau terminal pourrait ouvrir aux environs de 2025.

Il va falloir prendre notre mal en patience.

avions france

.

Conseil général des Yvelines : malgré les bonnes intentions, le naturel (automobile) revient au galop

Si vous lisez le dernier numéro du magazine de Conseil Départemental (Yvelines n°15), vous ne pourrez pas manquer de voir la différence entre les bonnes intentions du département en matière de transport et la réalité de ses grands projets routiers.

 

Dans l’article, le Conseil Départemental énumère des axes d’amélioration pour sa politique en faveur des transports dans le département :

 

axes amelioration

 

Quoi de plus louable en effet que de renforcer les accès aux gares, d’inciter le covoiturage et de développer l’usage du vélo : si on arrivait à passer le nombre de personnes par voiture à 1,5 pour les trajets domicile-travail (au lieu de 1.06), nul doute que tous les problèmes de bouchons seraient résolus.

On pourrait donc croire que le département nous présente des projets correspondant à ces axes d’amélioration. Eh bien pas du tout : après une page sur le projet Eole et l’inévitable interview Jean-François Raynal, notre vice-président délégué aux mobilités (le casque de chantier lui va si bien), on passe aux choses sérieuses : les projets et en particulier les projets routiers à l’initiative du département.

Sous le titre « les grands projets structurants », on retrouve bien entendu la déviation de la RD154 et la liaison RD30/RD190 avec construction du Pont d’Achères.

On est bien loin de l’usage du vélo et du développement du covoiturage : le conseil départemental montre bien sa vision des transports telle qu’elle transparaît sur la photographie qui ouvre cet article du journal.

 

photo autoroutes

Au niveau du Conseil Départemental des Yvelines, il y a toujours cette différence entre l’affichage des bonnes intentions pour des transports durables et la réalité des grands projets routiers qui massacrent notre environnement. A quand notre vice-président aux mobilités avec un casque de cycliste sur la tête ?

 

Beaucoup de participants à notre assemblée générale

Une soixantaine de personnes, amis et adhérents de notre association, ont participé à notre assemblée générale du 6 février 2016 : un signe de la vitalité de notre association et un encouragement à poursuivre nos actions.

 

Réunis à la salle d’exposition de l’Espace Béjart, les participants ont écouté avec attention les différentes interventions.

En première partie de cette réunion, un exposé du projet de déviation de la RD154 a été fait, présentant l’ensemble du projet depuis l’origine jusqu’aux informations transmises par le Conseil Départemental des Yvelines lors de la réunion publique d’octobre 2015.

 

 

Ensuite, l’Assemblée générale s’est déroulée comme d’habitude : le rapport financier a été détaillé et approuvé. La présentation du rapport moral (ensemble des actions menées au cours de l’année 2015) a été l’occasion d’échanges avec la salle. Des personnes présentes ont proposé quelques idées d’actions possibles pour notre association. Il a été rappelé que l’association est prête à accueillir toutes les personnes qui voudraient aider le Conseil d’Administration pour des actions ponctuelles.

En ce qui concerne le fonctionnement de notre association, notre Conseil d’Administration comprend maintenant 9 membres. A noter que notre association comptait plus de 160 adhérents à la fin de l’année 2015.

Enfin, une Assemblée Générale Extraordinaire constituait la troisième partie de cette soirée : cette assemblée était nécessaire pour modifier les statuts de l’association.

Cette réunion a été suivie d’un verre de l’amitié permettant aux personnes présentes d’échanger dans une atmosphère détendue sur les différents thèmes abordés au cours de la réunion.

 

Un document très utile pour défendre notre environnement : le Guide Sentinelle Environnement

L’association Haute Normandie Nature Environnement a eu l’idée d’éditer un guide très pratique pour indiquer les démarches possibles lorsqu’on est témoin d’atteintes à notre environnement.

Nous reprenons ci-dessous la présentation extraite de ce guide :

Déversements de produits polluants dans une rivière, circulation en quad dans une forêt, dépôt d’ordures dans un secteur naturel…que ce soit en raison de petites incivilités ou de fait plus graves de pollution, notre environnement est de plus en plus dégradé chaque jour.

Mises bout à bout, ces infractions environnementales contribuent à accélérer les phénomènes de détérioration qualitative et quantitative des ressources naturelles (eau, air, sols, …), d’érosion de la biodiversité, d’artificialisation des sols. Elles sont en outre une source de nuisances importantes pour la population, qu’elles soient visuelles, sonores ou olfactives et peuvent entrainer des conséquences sanitaires parfois graves.

Parmi les règles du droit de l’environnement, formalisées dans le Code de l’Environnement et dans d’autres codes (Code rural, Code l’Urbanisme…), on en trouve qui interdisent certains actes nuisibles et qui les sanctionnent dès lors qu’ils sont commis.

Cependant, ces règles sont souvent méconnues, empêchant, d’une part, une personne en prise avec une possible infraction d’être bien sûre qu’il s’agit d’une infraction, et d’autre part, de savoir lutter contre celle-ci.

 page de garde sentinenne environnement

 

Le Guide « Sentinelle de l’Environnement » a pour but de présenter ces règles en tentant de les rendre accessibles à chacun afin qu’elles puissent être mises en œuvre pour lutter contre des infractions environnes ementales.

Ce guide est accessible ici (guide sentinelle de l’environnement) mais il sera toujours accessible depuis notre site (colonne de droite de l’écran). Ce qu’il faut c’est l’utiliser et ne pas rester passif devant les multiples atteintes à notre environnement.

 

La législation évolue en faveur des piétons et des cyclistes, profitons-en

Ces dernières années, la législation a tenté de renverser la vapeur en ce qui concerne l’hégémonie de l’automobile ; une législation plus équitable pour les piétons et les cyclistes a été peu à peu mise en place.

Stationnement des voitures sur le trottoir, utilisation abusive du klaxon, dépassement de la vitesse autorisée…la liste des infractions habituelles des automobilistes est longue et toute tentative pour faire respecter la loi se heurte à une forte hostilité de leur part car ils ont conquis tout l’espace public au point que pendant longtemps personne n’a osé les contrer.

Mais ces dernières années, du fait d’une prise de conscience de plus en plus importante de la population contre cette hégémonie, la législation a évolué en faveur des piétons et des cyclistes. Nous vous rappelons ici quelques étapes importantes.

Indiscutablement, la mise en place des contrôles automatisés a fortement réduit la vitesse des véhicules ; elle est ainsi passée d’une moyenne de 60 km/h (bien au-delà de la réglementation) à moins de 50 km/h. Localement, la vitesse est de plus en plus souvent réduite à 30km/h. Avec cette baisse de la vitesse, les automobilistes sont un peu plus enclins à laisser passer les piétons mais il y reste encore beaucoup de progrès à faire.

Rappelons en effet que depuis le décret du 12 novembre 2010, pour la traversée de la chaussée, la priorité est maintenant accordée au piéton s’engageant, alors qu’elle ne l’était auparavant qu’au piéton engagé. Maintenant tout automobiliste ne respectant pas la priorité à un piéton qui manifeste clairement son intention de traverser la chaussée s’expose à une contravention de quatrième classe (perte de quatre points sur le permis de conduire) : une véritable opportunité pour les piétons qui doivent maintenant aborder la traversée de la chaussée avec prudence mais détermination afin de faire valoir leurs droits.

photo pietons cyclistes

En ce qui concerne le stationnement abusif des voitures sur les trottoirs, les choses évoluent également : depuis le 1er janvier 2016, les amendes ont été portées à 135 €.

Pour les cyclistes, qui sont de plus en plus nombreux dans nos villes, c’est une véritable révolution qui est en train de s’opérer : le double sens cyclables est maintenant autorisé pour les cyclistes dans les zones limitées à 30km/h. Par ailleurs, la législation a pris en compte le principal risque pour les cyclistes : ceux-ci sont désormais autorisés à s’écarter des files de voiture en stationnement pour éviter les ouvertures intempestives de portières.

Après des décennies d’une législation entièrement orientée en faveur de la circulation automobile, il est temps de se rendre compte que la ville n’est pas faite pour le bien-être des voitures mais celui des habitants. Piétons et cyclistes, vous qui vous déplacez sans bruit et sans pollution, bien souvent dans un environnement conçu pour les voitures, il est temps de reprendre le pouvoir.

 

Pierre Bédier nous annonce qu’il doit augmenter la taxe foncière départementale pour financer la déviation de la RD154 et la construction du Pont d’Achères

Dans une interview dans le Courrier des Yvelines en date du 27 janvier 2016, Pierre Bédier président du Conseil Départemental nous apprend qu’il est obligé d’augmenter la taxe foncière de 66% : nous connaissons un moyen pour alléger les impôts des habitants des Yvelines.

Les habitants des Yvelines viennent en effet d’apprendre qu’une augmentation de la taxe foncière de 66% a été votée par le Conseil Départemental (voir détail dans article du Courrier des Yvelines). Il n’est jamais agréable de prendre connaissance de ce genre de nouvelle mais on se dit qu’il faut bien que le département boucle son budget. Mais lorsqu’on apprend de la bouche de Pierre Bédier les raisons qui ont conduit à prendre cette décision, c’est un sentiment de colère qui nous envahit.

Pierre Bédier justifie en effet en partie cette augmentation par le besoin de financer deux projets que nous connaissons bien puisque nous les combattons sur le terrain et auprès des tribunaux depuis de nombreuses années.

Pierre Bédier : « Et si on veut garder un minimum de marge de manœuvre pour les routes et les transports, tels que le pont à Achères, la déviation de Verneuil, la couverture de la N10 à Trappes, Eole, etc., on veut pouvoir continuer à le faire ».

Donc les projets de déviation de la RD154 (estimée à 24 M€ par le Conseil Départemental, beaucoup plus par nous) et de liaison RD30/RD190 avec création du Pont d’Achères (estimée à 120 M€ par le Conseil Départemental) sont en grande partie responsables de cet appel aux contribuables. Au global, plus de 150 M€ de travaux routiers dont nous avons toujours contesté l’utilité. 150 M€ de travaux routiers qui de plus portent gravement atteinte à notre environnement.

Nous invitons donc les habitants des Yvelines à nous soutenir financièrement pour lutter contre ces projets : en effet, l’adhésion à notre association ne coute que 15€ alors que la hausse moyenne par propriétaire Yvelinois est estimée à 125€. Ces soutiens financiers nous permettront de poursuivre nos recours auprès des tribunaux afin de déprogrammer ces projets. Nous invitons donc les Yvelinois à défendre leur environnement en gestionnaires avisés.

Monsieur Bédier, un conseil, la prochaine fois que vous avez des problèmes de budget, appelez-nous, nous saurons vous conseiller.

 

 

La société COLAS Rail veut s’implanter sur les terres de la ferme de la Haye

Grâce à l’opposition farouche de milliers de personnes, le projet délirant de construction d’un circuit de Formule 1 sur le site de la ferme de la Haye aux Mureaux avait été abandonné en 2009. C’est sur une partie de ce site que la société COLAS Rail veut s’étendre.

La société Colas Rail, filiale du groupe Bouygues veut rassembler ses agences des Yvelines sur son site des Mureaux dans la zone industrielle à proximité de la voie ferrée. A cette occasion, l’entreprise Colas Rail envisage d’étendre son emprise de 8 700 m3 au détriment de terres agricoles.

vue ensemble

Ce site de 174 ha est aujourd’hui consacrée à l’agriculture biologique ce qui permet de préserver une importante nappe d’eau souterraine alimentant en eau environ 400 000 personnes dans l’ouest parisien (environ 30 millions de m3 par an). On ne peut pas avoir deux discours : d’une part privilégier l’agriculture bio et de proximité et d’autre part urbaniser à outrance en consommant sans cesse des terres agricoles. C’est le principe même du produire sur place pour consommer sur place qui est remis en cause.

Ce qui est encore plus choquant c’est que l’installation de l’agriculteur a été aidée par des fonds publics  : Agence des Espaces Verts (Région IDF) en ce qui concerne les terres et le programme européen Leader pour le matériel agricole. Les limites de l’extension urbaine doivent être clairement définies pour pérenniser l’espace agricole dédié à une production locale soucieuse de l’environnement. Encore une fois nous sommes étonnés du peu d’empressement de l’Agence des Espaces Verts à défendre les terrains dont elle est propriétaire.

Etant donné les bonnes relations de la société Colas Rail avec la municipalité des Mureaux, il n’a pas été difficile d’obtenir lors de la réunion du conseil municipal du 19 novembre dernier une révision accélérée du Plan Local d’Urbanisme permettant de déclasser une partie de la zone agricole (A) et de la transformer en zone d’activités économique (UE). La municipalité a promis une réunion publique, nous ne manquerons pas de vous tenir informés de ce dossier.

Aujourd’hui 1 hectare est abandonné, combien demain ? Nous n’avons pas défendu en vain cet espace agricole contre le circuit de Formule 1 : nous devons agir et nous appelons les associations et les élus prêts à défendre avec nous cet espace menacé à nous contacter.

site colas

Le CORIF vous propose une sortie découverte des oiseaux à l’Ile de Loisirs du Val-de-Seine le dimanche 31 janvier 2016.

L’ile de loisirs du Val de Seine est une des zones ornithologiques les plus riches de la Région Ile-de-France. Les membres du CORIF (Centre ornithologique Ile-de-France) observent depuis des années le retour des oiseaux qui viennent se poser lors de leur migration sur les étangs de Verneuil. Ils nous proposent de venir avec eux faire ces observations le dimanche 31 janvier 2016 de 10h à 12h.

 

Vous êtes intéressés?

Venez habillés chaudement avec des vêtements adaptés (chaussures type rando, vêtements de pluie) et éventuellement jumelles et appareils photo.

 

Le nombre de places limitées à 12 personnes : inscrivez-vous au plus vite en nous adressant un mail à adiv78480@yahoo.fr en précisant votre nom et le nombre de personnes intéressées.

Un message vous sera adressé vous précisant si votre demande a été retenue ; ce message donnera tous les détails définissant le lieu de rendez-vous.

Les personnes à jour de leur cotisation 2015 auront la priorité.

Sachez que le CORIF organise régulièrement des sorties ornithologiques en Ile-de-France ; voir leur site : www.corif.net

 

Sortie oiseaux CORIF

Photographie prise lors de la sortie de janvier 2015

 

Enquête publique au titre de la loi sur l’eau pour le projet d’Ecopôle

Du 8 janvier au 8 février 2016 se déroule l’enquête publique au titre de la loi sur l’eau concernant le projet de ZAC Ecopôle. Au vu de l’ampleur de ce projet qui s’inscrit dans l’ensemble des aménagements prévus dans la Boucle de Chanteloup, nous vous invitons à étudier le dossier et à ne pas hésiter à aller déposer vos remarques auprès du commissaire-enquêteur.

L’EPAMSA (Etablissement Public d’Aménagement du Mantois Seine Aval), en tant que Maitre d’Ouvrage et aménageur, prévoit l’aménagement de la Zone d’Aménagement Concerté «  ZAC Ecopôle Seine Aval » sur les communes de Carrières-sous-Poissy et Triel-sur-Seine, dans le cadre de l’Opération d’Intérêt National Seine Aval. Le projet couvre une emprise globale de l’ordre de 200 ha.

A noter que pour un projet dénommé Ecopôle, on ne peut pas dire que l’EPAMSA soit exemplaire en ce qui concerne la qualité des études produites : l’Autorité environnementale (service de l’administration en charge d’évaluer les études d’impact) n’avait pas été tendre avec l’étude d’impact et l’EPAMSA ne s’est pas donné la peine de présenter un dossier mis à jour après les remarques de l’administration (d’où de nombreux renvois dans le document).

.

cartographie ZAC Ecopole

 

Le dossier loi sur l’eau (DLE) est un document volumineux et technique qui traite de tous les aspects qui concernent la ressource en eau ; il s’agit donc d’un volet très important pour cette zone très proche de la Seine.

Pour notre part, nous allons étudier attentivement ce dossier et vous tenir au courant de nos démarches.

Liens :

Avis d’enquête qui précise les permanences du commissaire-enquêteur :

http://www.yvelines.gouv.fr/content/download/8960/59781/file/ouverture%20ep%20zac%20ecople.pdf

.

Dossier loi sur l’eau en 2 parties (sans les annexes) :

http://www.adiv-environnement.org/wp-content/uploads/2016/01/DLE-Ecopole-sans-annexes-01.pdf

http://www.adiv-environnement.org/wp-content/uploads/2016/01/DLE-Ecopole-sans-annexes-02.pdf

 

 

Lien pour télécharger l’ensemble du dossier

http://echangepamsa.no-ip.org//data/public/27212b72cd919d9f2ffa4aa41308fdd2.php?lang=fr

 

 

« J’aime Verneuil parce qu’elle est nature »

La municipalité de Verneuil nous vante souvent les charmes du Bois de Verneuil en oubliant toujours de signaler que le maire de Verneuil est le plus fidèle partisan du projet de déviation de la RD154 qui risque de massacrer notre belle forêt.

La municipalité de Verneuil a mis en ligne sur son site officiel une vidéo qui vante différents aspects de la vie à Verneuil. La séquence environnement nous a interpellés. Cette séquence (voir à partir de 4’20’’) est en effet introduite par un habitant qui annonce  « J’aime Verneuil parce qu’elle est nature ». Cette déclaration est immédiatement suivie d’une séquence montrant de jeunes gens courant dans les allées du Bois de Verneuil, profitant peut-être de ses derniers moments de tranquillité.

 film publicitaire verneuil

 

Nous souhaitons indiquer à la municipalité de Verneuil que les membres de l’association ADIV-Environnement connaissent bien le bois de Verneuil pour le parcourir à pied, en courant ou en vélo ; pour le prochain film sur le bois, ils pourront donner un avis plus étayé que « j’aime Verneuil parce qu’elle est nature ».

 

 

Dans les Yvelines, quelques communes réduisent leur éclairage public : pourquoi cette démarche n’est-elle pas généralisée ?

 

Le journal la Gazette en Yvelines, dans sa livraison de début décembre, nous informe que certaines communes des Yvelines réduisent l’éclairage public pour des raisons environnementales ou économiques.

 

Avez-vous déjà été prendre le train à la gare de Vernouillet-Verneuil à 3h du matin ? Non, bien sûr car à cette heure-là il n’a pas de trains qui circulent : n’empêche que dans ces circonstances, vous n’auriez pas de difficultés à vous diriger vers la gare car la municipalité n’a pas lésiné sur le nombres de lampadaires sur la place.

 

Place de la gare de verneuil vernouillet

 

A l’heure de la COP21, il est affligeant de voir les rues de nos communes largement éclairées toute la nuit : y-a-t-il beaucoup de personnes qui se déplacent à pied à 3h du matin en semaine dans nos villes ? Le bon sens voudrait que l’éclairage soit arrêté ou fortement diminué lorsqu’il n’y a personne dans les rues.

Beaucoup de solutions s’offrent aux municipalités pour réduire l’éclairage public qui est souvent vieillissant et qui va devoir être adapté aux nouvelles exigences réglementaires dans les prochaines années :

  • Remplacer tous les lampadaires en forme de boule qui illuminent surtout le ciel,
  • Eteindre la majorité des lampadaires entre 1h et 5h du matin en semaine,
  • Mettre en œuvre des systèmes permettant un éclairage à la demande.

Réduire l’éclairage public permet bien entendu d’économiser de l’argent mais ce n’est pas le seul intérêt : Admirer un ciel étoilé est devenu un luxe qu’on ne peut plus s’offrir en région parisienne. L’ANPCEN (Association Nationale pour la protection du Ciel et de l’Environnement Terrestre) parle de perte de qualité de la nuit. Et laisser toute sa place à la nuit demande d’abandonner ce besoin inconsidéré d’éclairer ; la carte ci-dessous montre l’urgence de la situation.

carte france qualité du ciel

L’excès d’éclairage public crée également des perturbations importantes pour les animaux, notamment les oiseaux et les insectes.

La principale objection à l’arrêt de l’éclairage la nuit est liée au sentiment d’insécurité éprouvé par les habitants. Les expériences menées montrent que la diminution de l’éclairage public n’entraine pas d’augmentation des cambriolages (On peut faire un parallèle avec l’éclairage sur les routes pour lesquelles on a constaté qu’une absence d’éclairage diminuait le nombre d’accidents). Les rares personnes qui se déplacent la nuit à pied peuvent s’équiper d’éclairage individuel.

 

L’éclairage public a pu à juste titre apparaitre autrefois comme un progrès mais il doit maintenant reconsidéré à l’aune de ses impacts négatifs : il ne faut plus éclairer partout et tout le temps.

 

Le Conseil Départemental des Yvelines supprime la subvention à Airparif. Mettra-t-il la main à la poche pour la construction d’un restaurant à l’aérodrome des Mureaux ?

La lecture du journal le Courrier des Yvelines et les hasards du calendrier du début du mois de décembre nous ont montré quelques-uns des choix étonnants faits par le Conseil Départemental des Yvelines dans la répartition des subventions.

Première mauvaise décision : le Conseil Départemental à la veille de la conférence sur le climat, décide de supprimer la subvention de 45 000€ qui était attribuée chaque année à l’agence Airparif. Dans l’article (voir ici), la vice-présidente du conseil départemental regrette d’ailleurs ce choix car le département fait régulièrement appel à cette agence dont elle reconnaît les compétences en matière de surveillance de la qualité de l’air.

Mais les priorités du Conseil Départemental sont ailleurs…

Dans ce même numéro du Courrier des Yvelines, en marge d’un article sur les drones, on apprend ainsi qu’Eugène Dalle, conseiller municipal de Verneuil-sur-Seine et président du SIVU a l’intention de demander une subvention pour un projet que tous les Yvelinois attendent avec impatience : le nouveau restaurant de l’aérodrome des Mureaux (voir là). Il s’agit bien d’un projet dans l’intérêt de tous : que les pilotes puissent se restaurer après quelques bruyants survols au-dessus de nos têtes, quoi de plus naturel. Qu’ils puissent s’offrir un petit rafraîchissement après avoir bien consommé du carburant, c’est bon pour la planète.

On peut penser que les bonnes relations entre la municipalité de Verneuil et le président du Conseil Départemental auront une influence positive sur l’évolution la demande de Monsieur Dalle.

Nous espérons que le Conseil Départemental revienne l’année prochaine sur sa décision concernant Airparif mais pour ce qui est du restaurant, nous ne manquerons pas de vous tenir au courant du montant de l’addition.

 

Suite à la réunion publique du 5 octobre 2015, le Conseil Départemental a mis en ligne de nouvelles informations sur le projet de déviation de la RD154

Lors de la réunion du 5 octobre 2015, nous avions demandé aux représentants du Conseil Départemental de nous transmettre leur présentation et les réponses apportées au public : le Conseil Départemental a répondu à notre demande.

Le Conseil Départemental a mis en ligne la présentation faite par ses représentants ; une synthèse des questions/réponses est également disponible (voir rubrique « s’informer »).

Regardons d’abord la présentation du projet : nuls doutes que le Conseil Départemental insiste beaucoup sur la réduction de l’emprise du projet et essaie ainsi de minimiser l’impact de la déviation. Ne faisons pas de mauvais procès : nous apprécions qu’au bout de 15 ans le Conseil Départemental se soit rendu compte que des giratoires de 40m de diamètre valaient mieux que des giratoires de 90m.

Nous prenons acte que le Conseil Départemental ait promis en réunion de rendre les emprises inutilisées aux propriétaires mais pour nous, l’impact environnemental et agricole du projet reste trop fort au regard de l’avantage qu’il apporte, c’est-à-dire faire gagner une poignée de secondes aux automobilistes qui traversent Verneuil et Vernouillet.

En ce qui concerne les questions/réponses, le Conseil Départemental commence par se défendre sur la question de la nature du projet, structurant ou non. On peut accorder au Département que la déviation de la RD154 est une « infrastructure majeure qui participe à la structuration du réseau » selon le SDY (Schéma de Déplacement des Yvelines) ce qui n’est pas très différent d’un projet structurant. D’ailleurs, dans certains de ses courriers, le Conseil Départemental a bien indiqué que la déviation de la RD154 était un projet structurant. L’enjeu de cette discussion est bien entendu de savoir si le projet est une déviation locale ou s’il est appelé à faire le lien entre le futur Pont d’Achères et l’autoroute A13.

Pour faire accepter le projet, le conseil départemental laisse entendre que la baisse de la circulation sera uniformément de 50% sur les communes de Verneuil et Vernouillet alors que selon les propres études du Conseil Départemental, le maximum de la baisse sera ponctuellement de 45% sur Vernouillet ; la baisse de la circulation ne sera que de 25% au maximum sur l’ensemble de la commune de Verneuil.

Sachant que les voitures sont occupées en moyenne par 1,2 personne, que l’on commence seulement à s’occuper du développement de la bicyclette et que les trottoirs servent en permanence de parking, on peut penser qu’il y d’autre moyens (covoiturage, prise en compte de la circulation des piétons, développement des circulations douces) pour diminuer la circulation de 25%.

Bref, le Département a modifié son projet mais pour nous il est toujours inadmissible.

 

Des stationnements vélos dans toute l’agglo

C’est par ce titre prometteur que le journal d’information de la CA2RS nous annonce les premiers investissements en faveur du vélo dans la communauté d’agglomération.

Le magazine de l’agglomération dans son numéro de septembre-octobre (page 14) nous indique que la CA2RS veut (enfin) favoriser le développement des modes de transport alternatifs conformément au schéma directeur des circulations douces (SDCD) par la création de stationnements pour vélos ; qu’en est-il exactement ?

En premier lieu, l’article nous annonce qu’un audit a été réalisé et qu’il a « révélé le manque de solutions de stationnement, notamment près des gares ». Nous suggérons à la CA2RS d’économiser l’argent du contribuable car notre association avait mené une enquête en 2011 auprès des cyclistes allant à la gare de Verneuil-Vernouillet : le principal enseignement de cette enquête était bien que les problèmes de stationnement limitaient l’usage de la bicyclette.

A noter l’ambition démesurée de la CA2RS en faveur du vélo : un site équipé par commune à l’horizon 2016, voire plus en 2018 : on croit rêver.

La communauté d’agglo reconnait elle-même l’énorme retard en pistes cyclables puisqu’on n’en compte que 11 km au niveau de ce territoire. Elle nous promet 47 km en 2019 mais en ce qui concerne le développement des pistes cyclables, on nous a déjà beaucoup promis…

Par ailleurs, dans le dernier compte-rendu du conseil communautaire (26/10/2015), on apprend que la communauté met à disposition une surface de 36m2 près de la gare de Vernouillet-Verneuil pour que la SNCF puisse y installer une consigne Véligo (parking à vélo accessible avec le pass Navigo) de 40 places. Dans un geste magnanime, la CA2RS fournit cette surface à titre gratuit au travers d’une convention de 10 années.

Si on évalue au niveau du territoire de la CA2RS le nombre de parkings et de rues (mais aussi de trottoirs) où les voitures peuvent stationner librement sur le domaine public, on arrive à plus d’une centaine d’hectares.

Une centaine d’hectares pour les voitures contre 36 m2 pour les vélos, on aurait bien tort de se plaindre.

 

Notre association vous invite à une sortie découverte des plantes invasives

 

Afin de prendre conscience de ce phénomène qui menace la biodiversité de notre territoire, l’association ADIV-Environnement propose une sortie à l’Ile de Loisirs du Val de Seine le dimanche 25 octobre 2015 à 10h.

On les appelle invasives ou envahissantes, peut importe la dénomination car la menace est réelle ; en effet, de nombreuses plantes invasives prolifèrent rapidement sur l’ensemble de notre territoire et il semble que l’on assiste à une accélération de leur développement en raison notamment des échanges et de la mondialisation. Or, les plantes invasives ont un impact environnemental et sanitaire très important.

En effet, ces plantes éliminent les espèces indigènes, réduisant ainsi la richesse et la diversité floristique. Certaines plantes peuvent modifier l’écosystème en profondeur comme les renouées. Pour les risques sanitaires, citons l‘ambroisie qui s’est développée dans la vallée du Rhône et qui est devenue un fléau pour les personnes qui y sont allergiques (environ 10% de la population).

Cette sortie à l’Ile de Loisirs sera l’occasion de vous faire une présentation générale de ce phénomène et ensuite d’aller observer l’implantation très importante du Buddleia de David et les massifs de Renouée du Japon à proximité du centre équestre. Nous évoquerons également nos interventions pour entraver le développement de la Phytolaque ou Raisin d’Amérique.

Cette sortie conviviale sera animée par des membres de l’association ADIV-Environnement.

Rendez-vous le dimanche 25 octobre 2015 à 10 heures devant le bar de l’Ile de Loisirs du Val de Seine (base de Loisirs, en face de la plage). Prévoir des chaussures de marche et des vêtements adaptés à la météo.

 

 

Une semaine riche en événements dans notre lutte contre le projet de déviation de la RD154

La semaine écoulée nous a permis d’assister à une réunion d’information du Conseil Départemental des Yvelines et de vérifier lors de la manifestation de dimanche que la mobilisation contre le projet est toujours aussi forte.

En ce qui concerne la réunion d’information du Conseil Départemental, avouons que nous avons assisté à un spectacle particulièrement décevant : une belle affiche pourtant : MM. Tautou, Collado, Raynal et Mme Brioix avaient fait le déplacement ainsi que quatre personnes des services du Conseil Départemental dont M. Alphand, Directeur des routes et des transports.

Néanmoins, la publicité concernant cet événement avait été particulièrement négligée : un entrefilet sur le site de la mairie de Vernouillet six jours avant le spectacle et un article sur le site du Conseil Départemental posté dans l’après-midi ; absolument rien sur le site de Verneuil. Ajoutons à cela une salle trop petite pour accueillir les spectateurs (salle de l’Etrier) et un poteau malencontreusement situé devant la scène qui empêchait d’avoir une bonne vision des informations projetées.

La réunion à peine commencée, M. Tautou a allumé sa tablette probablement pour visionner plusieurs épisodes de sa série préférée et il n’a pris la parole que pour mettre fin à la réunion malgré les protestations car les questions étaient encore nombreuses.

Voilà pour la forme…Voyons maintenant le fond :

D’emblée la suspicion était de mise car à la question de savoir ce qu’était une voie structurante, M. Raynal a pris la mouche et affirmé haut et fort que la déviation de la RD154 n’était absolument pas une voie structurante, tout cela n’étant qu’élucubrations du passé. C’était un bien mauvais début car une simple consultation du site du Conseil Départemental (voir ici) montre qu’en 2015, le projet de déviation de la RD154 fait toujours partie des projets structurants au niveau du département.

D’autres questions sont restées sans réponse : ainsi comment le département peut-il sur tous ses supports de communication parler en permanence de la préservation des bois et de l’agriculture de proximité et considérer la déviation comme un projet prioritaire ? Le Conseil Départemental va-t-il expliquer aux habitants de Chapet que la circulation va augmenter dans leurs rues ?

Néanmoins les personnes des services de l’Assemblée Départementale ont fourni des informations sur les évolutions du projet de déviation. Nous avons noté la diminution de la taille des giratoires qui passent de 90m à 40m et la réduction des emprises (nos interlocuteurs ont promis de nous transmettre les supports de présentation et le verbatim des réponses fournies lors de la réunion ce qui nous permettra de vous donner de plus amples informations sur les évolutions réelles du projet). Ainsi les différents recours de notre association ont permis à l’Assemblée Départementale de beaucoup progresser sur ce projet : en 20 ans, on est passé d’une 2 x 2 voies à une chaussée de 6,5m de large.

Mais nous estimons que l’Assemblée Départementale peut encore progresser, c’est pourquoi dimanche nous étions 350 dans les rues et le bois de Verneuil pour protester contre ce projet : pour nous la victoire sera totale lorsque ce projet sera définitivement abandonné et qu’on laissera enfin le Bois de Verneuil et la plaine de Vernouillet tranquilles.

Manif RD154_13 octobre 2015

La mairie de Vernouillet annonce la tenue d’une réunion publique sur le projet de déviation de la RD154 le 5 octobre 2015

C’est par un entrefilet publié sur le site de la municipalité le 29 septembre 2015, que nous avons appris la tenue de cette réunion initialement annoncée pour novembre 2014

réunion CG78

 

C’est en effet par ce texte qui est un modèle de sobriété par rapport aux enjeux du projet que nous avons appris la tenue de cette réunion. Si nous avons demandé l’organisation de cette réunion depuis longtemps, c’est avec consternation que nous découvrons les circonstances scandaleuses dans lesquelles elle se déroule :

  • La tenue de cette réunion avait été promise par M. Collado en novembre 2014 puis par M. Tautou en février 2015.
  • Bien que prévue de longue date, cette réunion est n’annoncée que par la municipalité de Vernouillet que 6 jours avant sa tenue : c’est faire fi des personnes qui ont des obligations familiales, associatives ou professionnelles.
  • A ce jour, elle n’est pas annoncée par la municipalité de Verneuil qui semble complètement se désintéresser de  cette réunion.
  • Le choix de la salle n’est pas adapté : la salle de l’Etrier est une petite salle ; pourquoi ne pas avoir retenu la grande salle de l’Espace Béjart de Verneuil ?

Malgré ces circonstances, nous appelons nos adhérents et nos amis à participer à cette réunion qui permettra de questionner le Conseil Général sur les objectifs de cette nouvelle voie et de monter par notre présence notre ferme opposition à ce projet que nous combattons depuis 15 ans.

Venez nombreux.

Réunion le lundi 5 octobre à 19h30 Salle de l’Etrier, Chemin du Rouillard à Verneuil-sur-Seine (salle située sur la route de la Base de Loisirs, après le Centre Equestre).

Mise à jour du 2/10/2015 : sur le site de la ville de Verneuil, on apprend que le 3 octobre, c’est la remise des prix du concours des balcons fleuris et le 6 octobre, il y a une expo à Béjart mais rien sur la réunion concernant le projet de déviation de la RD154 :  dormez tranquille habitants de Verneuil, on va massacrer votre forêt en silence.

 

L’Association ADIV-Environnement reste mobilisée et appelle à manifester le dimanche 11 octobre 2015 contre le projet de déviation de la RD154

Cette manifestation est organisée en liaison avec l’association Bien Vivre à Vernouillet et le collectif Résistance D154.

Le Conseil Général des Yvelines poursuit les études sur le projet de déviation de la RD154. Cet été un carrefour giratoire a été aménagé entre la RD154 et la RD59, sur la route des Mureaux.

Bien entendu nous sommes toujours opposés à ce projet dont nous avons maintes fois expliqué les conséquences pour notre environnement.

Nous restons mobilisés car la déviation est encore loin d’être construite :

  • Une partie toujours plus importante de la population de Verneuil et Vernouillet continue de s’opposer à ce projet,
  • De plus en plus d’habitants, conscients des enjeux environnementaux de la planète comprennent que construire des routes n’est pas la solution,
  • Nos communes viennent d’adopter une charte de protection de la Biodiversité, il faut maintenant la mettre en oeuvre,
  • Des propriétaires situés sur le tracé de la déviation se sont mobilisés « juridiquement » pour ne pas se laisser exproprier,
  • Nous avons déposé un recours au niveau de la commission européenne pour destruction de zone humide.

Sauver les forêts de la Planète est une très bonne chose mais commençons par sauver nos propres espaces forestiers. Aussi, il est important que cette manifestation soit la démonstration de la forte opposition au projet et nous vous invitons à venir nombreux à cette manifestation :

Rassemblement le dimanche 11 octobre à 10h, départ place du Marché à Verneuil-sur-Seine, notre manifestation passera par l’allée des Pins pour rallier à travers bois l’allée de séparation (ou allée rouge) que devrait emprunter le projet de déviation.

Un moment joyeux est prévu à l’issue de notre manifestation.

Nos élus connaissent-ils les projets routiers structurants qui nous concernent ?

Notre association a rencontré Jean-François Raynal et Hélène Brioix-Feuchet maintenant élus à l’Assemblée Départemental des Yvelines…. il s’avère qu’ils ne connaissent pas les conséquences catastrophiques de la mise en place d’un réseau routier que nous rejetons : déviation de la RD154, liaison RD30/ RD190 avec création du nouveau Pont d’Achères… et pourtant J.F. Raynal est vice-président, délégué aux mobilités au niveau du département.

Quelques jours avant les élections départementales de mars 2015, le bureau de notre association a rencontré Jean-François Raynal et Hélène Brioix-Feuchet.

Connaissant notre opposition au projet de liaison RD30-RD190 avec création du Pont d’Achères (que nous contestons à la Cour Administrative d’Appel de Versailles avec votre soutien financier), Jean-François Raynal nous a de prime abord interpellé, nous reprochant de nous opposer à des projets routiers au nom de la protection de l’environnement, alors que ces projets sont attendus de tous. Pour étayer son propos, il nous a posé la question qu’il pensait définitive : « Savez-vous combien de temps il faut pour aller en voiture de Saint-Germain-en-Laye à Triel-sur-Seine en heure de pointe ? »

Nous avons alors compris que Jean-François Raynal ne connaissait pas du tout ce dossier et qu’il était prêt à s’engager dans une voie ruineuse sans connaître les conséquences désastreuses de son action.

Pour répondre à sa question, nous l’avons donc informé de l’existence d’une étude du cabinet spécialisé EGIS-Mobilités, commandée par le Conseil Général des Yvelines dans le cadre de l’enquête publique du projet de liaison de RD30-RD190/Pont d’Achères. Au vu des résultats de cette étude, le Conseil Général a préféré ne pas joindre cette étude au dossier d’enquête publique mais celle-ci montre clairement une aggravation énorme de la circulation dans la Boucle de Chanteloup (mise en évidence par les saturations en Heures de Pointe du Soir (HPS) nous vous invitons à voir les saturations).

Nous avons alors donc demandé à J.F. Raynal de nous indiquer le temps qu’il faudrait pour aller de Saint-Germain à Triel en heure de pointe si les travaux se réalisaient ?

Nous avons transmis les études EGIS-Mobilités à Jean-François Raynal et Hélène Brioix-Feuchet, mais nous n’avons toujours pas eu de réponse.

Et si nous n’avons pas eu de réponse, nous savons bien que c’est parce que la réponse ne va pas du tout dans le sens imaginé par J.F. Raynal.

Nous avons également informé MM. Tautou et Collado, respectivement maires de Verneuil et de Vernouillet, du contenu de cette étude qui prouve que la liaison RD30/RD190 avec construction d’un pont à Achères va conduire à augmenter drastiquement l’enclavement de boucle de Chanteloup, va entrainer une saturation très importante de tout le réseau routier de la région, et qu’elle n’est pas compatible avec la volonté d’aménagements immobiliers et industriels démesurés qui sont prévus dans la Boucle de Chanteloup.

  • Monsieur Collado a paru inquiet des conséquences de ce projet pour sa commune de Vernouillet, il va enquêter auprès d’Hélène Brioix-Feuchet (son adjointe à la mairie de Vernouillet).
  • Quant à Monsieur Tautou, il paraissait bien connaitre l’étude d’EGIS-Mobilité mais n’a pas du tout paru désireux de s’en expliquer publiquement.

Comme le disait le commissaire-enquêteur à l’issue de l’enquête publique concernant le projet de liaison RD30-RD190 et construction d’un pont à Achères, pour laquelle il a donné un avis défavorable la balance des avantages/inconvénient penche nettement du côté des inconvénients.

Bonne nouvelle : la municipalité de Verneuil adhère à la charte régionale de la biodiversité

Le 30 juin dernier, le conseil municipal de Verneuil a adopté à l’unanimité l’adhésion à la charte régionale de biodiversité : à quoi cela engage-t-il l’action de la commune ?

La Charte régionale de biodiversité, signée en 2003 au niveau de la Région, a pour but d’accompagner les projets en faveur de la biodiversité en Ile-de-France. Elle renforce et précise la politique régionale dans ce domaine et elle propose à l’ensemble des acteurs franciliens un guide de bonnes pratiques.

En adoptant cette charte (voir extrait conseil municipal verneuil 30/06/2015), la ville de Verneuil-sur-Seine s’engage sous trois ans à mener des actions dans les domaines suivants :

  • Préserver le vivant et sa capacité à évoluer,
  • Assurer un usage durable et équitable de la biodiversité,
  • Investir dans un bien commun : le capital écologique,
  • Développer, partager et valoriser les connaissances,
  • Susciter l’envie d’agir pour la biodiversité.

Bien entendu, nous ne pouvons que nous réjouir de l’adhésion de la municipalité à cette charte dont le contenu est pratiquement identique aux objectifs de notre association. C’est avec une grande joie que nous accueillerons, si elle le désire, la municipalité de Verneuil parmi nos adhérents (bulletin d’adhésion ici).

D’ailleurs, on ne peut que se réjouir en lisant le premier engagement : la municipalité a effet la volonté de « préserver le patrimoine arboré ». Encore une fois, cela rejoint tout à fait nos préoccupations et nous attendons ardemment que Monsieur le Maire cesse d’être le plus fidèle soutien de la déviation de la RD154 à travers le Bois de Verneuil. Sinon à quoi cela sert-il de signer une telle charte ?

Eh bien, mauvaise nouvelle, cela ne sert à rien lorsque ce n’est pas suivi d’effet.

 

Pourquoi Jean-François Raynal est-il si mal à l’aise lorsqu’on lui parle de circulations douces ?

Dans l’article du Courrier des Yvelines du 11/08/2015 concernant la sécurité des cyclistes sur le pont de Poissy, Jean-François Raynal, Vice-président du Conseil Général délégué aux mobilités, éprouve beaucoup de difficultés à évoquer autre chose que la construction de nouvelles routes lorsqu’on l’interroge sur la mobilité.

Nos amis  de l’association Mieux se Déplacer à Bicyclette (MDB, antenne de Poissy) ont lancé une pétition demandant à ce que la traversée du pont de Poissy soit sécurisée pour les cyclistes en limitant la vitesse des véhicules à 50 km/h, en plaçant des radars pédagogiques, voire en mettant en place une bande cyclable. Si vous ne l’avez déjà fait, il faut absolument soutenir cette initiative en signant la pétition en ligne accessible ici.

Le journal le Courrier des Yvelines a relayé cette information dans un article du 11/08/2015. Après avoir interrogé les membres de Mieux se Déplacer à Bicyclette sur les raisons de leur action, le journal a demandé quelques explications à Jean-François Raynal, vice-président du Conseil Général délégué aux mobilités mais ses réponses sont loin de nous convaincre sur l’existence d’une vision cohérente des modes de circulation autres que l’automobile.

Bien entendu sur le site du Conseil Général vous pourrez lire entre autres fariboles que « le vélo est dans l’ADN des Yvelines » mais pour les mesures concrètes mieux vaut ne pas s’adresser à Monsieur Raynal ; jugez-un peu :

  • « Les piétons et les cyclistes sont impatients et c’est normal. Mais on ne peut pas toujours répondre dans l’urgence quand il y a un travail de fond qui est mené».
  • «Il faut donc qu’on regarde toutes les implications avant d’entamer des travaux»
  • « Tout se joue autour du calendrier. Les voies de bus autour du pont sont annoncées pour 2020, pour la passerelle, il est plus raisonnable d’imaginer 2020 que 2016».
  • En ce qui concerne la passerelle Poissy/ Carrières-sous-Poissy : elle ne devrait pas être construite avant 2020 : «Les études de faisabilité ont été menées, le tracé n’est pas encore arrêté. Une fois que ce sera fait, l’appel d’offres sera lancé» ; « Ce devrait être le cas très prochainement» ; «les études de maîtrise d’œuvre doivent commencer en septembre».

En résumé, rien n’est prévu mais on vous promet qu’on va s’y mettre…bientôt.

C’est sûr que JFR avait plus de superbe lorsque nous l’avions rencontré et qu’il nous expliquait sur une carte l’évidence et la nécessité de la déviation de la RD154 à travers le Bois de Verneuil et la plaine de Vernouillet.

Déviation de la RD154 : le Conseil Général des Yvelines lance les travaux du carrefour giratoire entre la RD154 et la RD59.

C’est bien entendu sans informer le public et sans concertation que le Conseil Général des Yvelines a lancé les travaux de construction du carrefour giratoire entre la RD154 et la RD59.

Le 22 juin 2015, les travaux de construction du carrefour giratoire sur la route des Mureaux ont commencé. Monsieur Philippe Tautou en rêvait depuis 25 ans, nous nous y sommes opposés depuis plus de 15 ans. Nous avons transmis un courrier à la DRIEE  pour nous étonner du début des travaux avant le passage en commission du dossier de demande de dérogation exceptionnelle de destruction et/ou de déplacement d’espèces animales protégées au titre des Articles L.411-1 et L.411-2 du Code de l’Environnement.

Le panneau d’affichage annonce clairement la couleur : « pour sécuriser et faciliter vos déplacements », sous-entendus les déplacements des voitures. Sécuriser ce carrefour est une préoccupation légitime mais on voit bien que la déviation est avant tout destinée  à diminuer le temps de trajet des automobilistes  alors  qu’elle a toujours été présentée comme une solution aux « nuisances insupportables des riverains ».

.

panneau affichage contruction rond point rd154

Le panneau d’affichage annonce également « raccordement futur de la déviation de Verneuil/Vernouillet » ; c’est bien une première pierre que le Conseil Général des Yvelines entend ainsi poser.

.

Donc en novembre 2015, nous aurons un giratoire tout neuf ; un peu plus de goudron pour seulement 500 000€ : nos enfants nous remercierons de dépenser autant d’argent pour favoriser l’usage de la voiture en cette année 2015 qui s’annonce déjà comme une année record au point de vue température de notre planète.

 

Ligne Nouvelle Paris Normandie : Participation d’ADIV-Environnement à un atelier consacré à l’insertion territoriale de la nouvelle ligne.

L’insertion territoriale d’une ligne de chemin de fer ne pouvait qu’intéresser notre association dont deux membres ont participé à la réunion du 16 juin 2015 à Paris

Cette journée était la troisième et dernière de l’atelier consacré à l’insertion territoriale de la nouvelle ligne.

  • Cette première étape aboutira à la définition de tracés (pour chaque variante) dans un faisceau de 3km,
  • Une deuxième étape est prévue début septembre 2015 afin d’aboutir à un tracé dans un faisceau d’1km,
  • La troisième étape définira le tracé dans les détails.

 

Trois comités chapeautent l’organisation de cette phase :

  • Le Comité Technique,
  • Les Comités territoriaux (les élus),
  • Le Comité de pilotage qui se réunira le 7 juillet.

.

Nous avons rencontré à cette journée de vieux amis du monde associatif, des écologues, des élus ou représentants des communes

.

Nous avons eu la satisfaction de constater que la Zone Agricole Protégée (ZAP) de Vernouillet figure maintenant sur les cartes d’études  ; la ZAP est  considérée comme « Enjeu très fort » dans les critères de hiérarchisation des enjeux proposés en séance par la SNCF, ce qui rend difficile le passage de la ligne nouvelle dans cette zone.

.

En ce qui concerne le planning, l’enquête publique sur ce projet est prévue en 2020 et la construction de la partie Paris-Mantes avant 2030.

.

Même si la construction de cette voie est encore lointaine, on ne peut que s’étonner du silence de nos élus sur cette phase cruciale de choix du tracé, alors que des représentants de la CA2RS assistent à ces réunions depuis le début du processus de consultation.

.

ADIV-Environnement
Ce site est édité par l’Association ADIV-Environnement - Siège de l’association : 10, allée des Chevreuils, 78480 Verneuil-sur-Seine - Email : Adiv78480@yahoo.fr - Hébergement du site : OVH, 2 rue Kellermann – 59100 Roubaix.