Enquête publique sur l’autorisation environnementale pour le projet de création de la liaison routière entre la RD30 et la RD190 avec construction d’un nouveau pont sur la Seine.

Publié par

Le projet de liaison routière entre la RD30 et la RD190 avec construction d’un pont sur la Seine est un projet porté par le Département pour boucler la Francilienne en passant par la Boucle de Chanteloup.

Réunion publique le 13 janvier à 20h30 et manifestation le15 janvier 2023 à 11h au rond-point sur la RD30 ; voir le tract.

Comme le rappelle le dossier mis à l’enquête, le projet de liaison entre la RD 190 à Triel-sur-Seine et la RD 30 à Achères, avec construction d’un nouveau pont sur la Seine a déjà fait l’objet d’une enquête publique pour obtenir la DUP (Déclaration d’Utilité Publique) en 2012.

Ce que ne rappelle pas le dossier, c’est qu’à l’époque le commissaire-enquêteur avait émis un avis défavorable sur le dossier considérant « qu’en terme de bilan avantages / inconvénients, le plateau des inconvénients est, à ce niveau plus lourd que celui des avantages » pour ce projet qui prévoit la création de 3,3 km de nouvelle route à 2 x 2 voies et la construction d’un pont routier de 800 m de long au-dessus de la Seine et de l’Ile de la Dérivation.

Cette nouvelle enquête concerne la demande d’autorisation environnementale qui comporte l’autorisation préalable au titre de la police de l’eau et des milieux aquatiques protégés, l’autorisation de dérogation pour destruction d’espèces protégées et l’autorisation de défrichement.

Dans son avis sur ce dossier, le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel de la Région Ile-de-France (CSRPN) signale que le projet ne prend pas en compte la notion de « Zéro artificialisation nette du territoire » ou bien encore le développement des mobilités douces. Il relève également que le projet n’est pas conforme aux objectifs de réduction de perte de biodiversité.

Pour sa part, la Mission Régionale de l’Autorité environnementale (MRAe) déplore que, malgré la taille de l’étude d’impact (plus de 1000 pages), les objectifs du projet sont rappelés de manière générale, sans être étayés de données chiffrées sur les déplacements : un comble pour un projet routier !

La MRAe demande également de justifier le projet au regard de sa consommation en ressources naturelles et de ses émissions de gaz à effet de serre.

Le dossier évoque des projets d’aménagements dans la Boucle de Chanteloup pour justifier la construction de cette nouvelle infrastructure alors qu’il s’agit en fait de traverser cette zone de part en part pour réaliser en catimini un bouclage de la Francilienne sans aucun bénéfice pour les habitants. C’est ce qu’on appelle l’A104 bis qui intégrait la déviation de la RD154 dans ce bouclage.

Lors de l’enquête publique de 2012, nous avions soulevé les nombreuses incohérences du dossier ; nous avions ainsi dénoncé le fait que des études contredisant les trafics annoncés n’avaient pas été jointes au dossier d’enquête.

L’étude d’impact de 2022 reconnait que les prévisions du trafic faites à l’époque avaient largement surestimées certaines valeurs pour faire croire que le pont d’Achères était indispensable : le tableau ci-dessous, extrait de l’étude d’impact de 2022, détaille ces surestimations : par exemple, 25 850 véhicules par jour en moyenne (TMJA) prévus pour 2020 pour la RD190 en alors que la valeur réestimée sur la base des comptages de 2016 est de 14 401 véhicules. Le bureau d’étude en charge des études du dossier de 2022 avoue ne pas comprendre* : nous y voyons la main du Département qui cherche toujours à mieux vendre ses projets routiers. Nous avions déjà observé de tels agissements sur le projet de déviation de la RD154. Sur ce dossier comme sur le précédent, nous n’avons pas confiance dans les études de trafic financées par le Département.

Tableau extrait de l’étude d’impact (page 1009) montrant les surestimations dans les prévisions du trafic automobile pour la situation de référence (c’est-à-dire sans la construction du pont d’Acères) sur différents axes de la boucle de Chanteloup (TMJA : Trafic Moyen Journalier Annuel).

Au point de vue planning, le Département annonce un début des travaux en 2023 pour une mise en service en 2027 à un coût de 120 M€ TTC avec une subvention de 32,5 M€ HT de la Région Ile-de-France.

Est-ce bien sérieux de présenter en cette fin d’année 2022 un projet destiné à favoriser la circulation automobile et donc à l’augmenter à terme ? Nous ne le pensons pas c’est pourquoi, avec l’ensemble des associations du territoire opposées à ce projet nous allons étudier ce dossier et déposer à l’enquête publique ; nous vous invitons à faire de même avec ce Lien pour accéder au dossier d’enquête publique. L’enquête publique se déroule jusqu’au 20 janvier 2023.

Il est important de contrer ce projet qui, s’il était construit, contribuerait à une augmentation globale de la circulation automobile en Ile-de-France en général et à une augmentation très importante de la circulation dans notre secteur.

*Comme l’indique le bureau d’études en page 1009, “Les prévisions de la DUP sont donc péjorantes par rapport aux trafics constatés…” Péjorant est le participe présent du verbe “péjorer”, qui signifie aggraver une situation, la rendre pire qu’elle ne l’est déjà.

Photo en en-tête de l’article : Présentation générale du projet de liaison RD 30 – RD 190 et construction d’un nouveau Pont à Achères . Extrait de l’étude d’impact du projet.

Planning technique du projet

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *