Déviation de la RD154 : où en est-on ?

Publié par

Des élections municipales de juin 2020 aux élections départementales et régionales de juin 2021, l’année a été très riche en événements concernant le projet de déviation de la RD154 : nous vous en faisons une synthèse pour permettre à chacun de bien comprendre les évolutions de ce projet.

L’origine du projet de déviation de la RD154

Rappelons d’abord que ce projet de déviation est porté par le Conseil Départemental des Yvelines ; il a bénéficié d’une Déclaration d’Utilité Publique (DUP) signée par le préfet des Yvelines le 29 avril 2005. Depuis cette date, l’association ADIV-Environnement a porté différents recours contre cette DUP au tribunal administratif, puis au conseil d’état puis auprès de la communauté européenne ce qui a retardé le projet dont la mise en service était initialement prévue vers 2010.

Des élections municipales….

À Verneuil et Chapet, les résultats des élections municipales de juin 2020 ont fortement changé la donne : les deux nouveaux maires affichent ouvertement leur opposition au projet contrairement aux maires précédents. Des banderoles contre le projet de déviation ont d’ailleurs été mises par les trois municipalités concernées.

En passant par la consultation citoyenne….

La consultation citoyenne qui s’est déroulée début octobre 2020 a clairement montré l’opposition de la population au projet de déviation. Des esprits chagrins contestent la représentativité de cette consultation sous prétexte que seuls 20% de la population se sont déplacés pour voter massivement contre le projet. Nous considérons au contraire qu’une telle mobilisation en période de pandémie montre l’importance de la sauvegarde de l’environnement et du maintien de l’agriculture de proximité pour les habitants. Le résultat de la consultation citoyenne a été sans appel : plus de 80% des votants contre le projet à Verneuil et Vernouillet et 99,7% à Chapet.

Jusqu’aux élections départementales…

Les élections départementales de juin 2021 ont donné des sueurs froides au clan Bédier : Pierre Bédier a même posté en catastrophe une vidéo pour soutenir son poulain, Jean-François Raynal, vice-président aux Mobilités au niveau du Conseil Départemental en très mauvaise posture à la veille du deuxième tour. Entendre Pierre Bédier expliquer sans rire qu’il a « bien compris que 4000 personnes s’étaient prononcées contre la déviation mais qu’il y a 15000 véhicules par jour sur la RD154 » est une façon inédite de concevoir la prise en compte de l’avis des citoyens. Et l’entendre dire que les élections départementales ne sont pas le lieu pour exprimer son opposition à la déviation de la RD154 ne manque pas de sel : il avait annoncé auparavant qu’il ne tiendrait pas compte de la consultation citoyenne la considérant comme non démocratique. Que doivent donc faire les habitants pour que leur avis soit pris en compte ?

Au final, Jean-François Raynal, qui soutenait le projet, a été pratiquement le candidat le plus mal élu du département alors qu’au vu des votes des autres communes du canton aux élections départementales et régionales, on pouvait s’attendre à ce qu’il soit élu avec une confortable majorité.

À l’issue de ces trois consultations, plus personne ne peut sérieusement affirmer que les opposants au projet de déviation ne sont qu’une minorité non représentative ; c’est bien la majorité des habitants qui est contre le projet.

Si l’objectif du projet était simplement de diminuer la circulation dans les centres villes de Verneuil et de Vernouillet, on ne voit pas pourquoi le Département se battrait becs et ongles pour construire la déviation contre l’avis de la population. C’est donc bien que le projet est en lien avec le projet du pont d’Achères pour relier le Nord des Yvelines à l’autoroute A13.

Quelle est maintenant la position des différents acteurs à l’issue de ces dernières élections ?

Le clan des pro-déviation a clairement perdu beaucoup de partisans : en premier lieu Philippe Tautou, à la fois maire de Verneuil et président de la communauté de communes ; il essayait toujours de faire avancer le projet dans ses différentes fonctions. Son successeur à la présidence de GPSEO semble peu enclin à intervenir dans cette affaire. De plus un vote au niveau du conseil communautaire sur un sujet en lien avec le projet de déviation (l’enquête publique sur la création d’un emplacement pour les gens du voyage sur la commune de Vernouillet) n’a recueilli qu’une faible majorité des conseillers (75 votes pour sur 137 votants). Sur ce sujet, les conseillers communautaires ne ne semblent plus obéir aveuglément aux injonctions de Pierre Bédier.

Nous allons rapidement contacter le nouveau vice-président aux mobilités, Richard Delepierre, maire du Chesnay, pour connaitre sa position sur le projet.

Qu’est ce qui bloque la construction de la déviation de la RD154 ?

Contrairement à ce qu’affirme Pierre Bédier, les obstacles à la construction de la RD154 sont plutôt en train de s’accumuler. Il y a d’abord la question de l’expropriation des propriétaires n’ayant pas accepté de vendre leurs terrains à l’amiable au Conseil Départemental ; non seulement le Département va devoir mettre en œuvre la procédure d’expropriation qui est une procédure très longue mais de plus, une partie de ces propriétaires a demandé la rétrocession de leur terrain au motif que la construction de la déviation n’a pas commencée cinq ans après la publication de l’ordonnance d’expropriation.

C’est ensuite le maire de Verneuil qui a annoncé vouloir porter un recours contre la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) du projet au motif que celle-ci est caduque et que le projet est contraire aux orientations du Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi).

C’est enfin la question de la présence des nombreuses espèces protégées dans le bois de Verneuil : pour construire la déviation, le département doit obtenir une dérogation pour destruction d’espèces protégées de la part du Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) ; En 2019, le dossier du département avait reçu un avis (très) défavorable de la part du CNPN. Après le nouvel avis du CNPN, ce sera ensuite au préfet de signer (ou non) un arrêté autorisant la destruction d’espèces protégées. Bien entendu, l’association ADIV-Environnement fera un recours contre cet arrêté au tribunal administratif.

Pierre Bédier n’a pas renoncé au projet de déviation de la RD154, loin s’en faut. Il faut donc continuer notre combat en exploitant tout ce qui peut encore empêcher la construction de ce projet dépassé. Vous pouvez compter sur la mobilisation d’ADIV-Environnement et de tous ceux qui veulent préserver notre environnement.

 

Photo en en-tête : vue extraite de la vidéo de Pierre Bédier publiée sur Facebook le vendredi avant le 2ème tour des élections départementales.

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.