Le prolongement de la rue Bérégovoy aux Mureaux ou comment fonctionne le grignotage

Publié par

Au Mureaux, de l’autre côté du Bois de Verneuil, un projet de route pour relier une zone industrielle ; pas vraiment un projet démesuré mais ce sont les justifications qui interpellent : il y a en effet toujours de nombreuses raisons pour construire une nouvelle route.

La Gazette en Yvelines a publié un article sur le projet de voie Pierre Bérégovoy aux Mureaux. Il s’agit d’un projet dans la zone d’activité des Garennes porté par Philippe Tautou, le président de la communauté de communes Grand Paris Seine et Oise (GPSEO). Ce qui est intéressant sur ce projet, ce sont les justifications apportées par les élus et qui sont reproduites dans l’article.

Il s’agit d’un projet ancien « cette portion de route de moins d’un kilomètre était attendue depuis plusieurs décennies » et dont le tracé semble évident : « sur une vue aérienne, c’est un axe qui coule de source » indique Philippe Tautou et l’accès par cette nouvelle voie permettra à GPSEO de « dégager un peu de foncier et d’accueillir de nouvelles entreprises » renchérit-il. Et au final, selon la mairie des Mureaux, « cet axe va à la fois permettre de créer une transversale Est-Ouest, car aujourd’hui, si vous venez par le parc d’activités, il faut quasiment passer par le centre-ville pour rejoindre l’A13. C’est un axe qui manquait ». Et puis c’est « indispensable » à la nouvelle caserne des pompiers.

Maintenant, transposons tout cela au projet de déviation de la RD154.

En rouge, le tracé de la déviation de la RD154 et les voies prévues sur les documents d’urbanisme de la commune des Mureaux

Imaginons que la déviation de la RD154 soit mise en service en 2022. L’année suivante, on peut penser que l’accès à l’hôpital de Bécheville paraitra rapidement indispensable « il suffit de 150 m pour avoir un meilleur accès à cet hôpital » dira le successeur de Monsieur Tautou. Ensuite rapidement, on trouvera que « en créant le barreau de 3 km qui manque, on pourra rejoindre le rond-point de l’Europe et donc l’A13 ». Et finalement, le long de cette nouvelle voie, on pourra « dégager un peu de foncier pour une nouvelle zone artisanale dans la Plaine de Vernouillet ».

Ainsi disparaitront le Bois de Verneuil et la Plaine de Vernouillet si nous laissons la déviation de la RD154 se construire.

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *