Réaménagement de la RD190 entre Carrières-sous-Poissy et Triel-sur-Seine : le projet du département fortement critiqué par l’Autorité environnementale

Publié par

Le Département porte un projet de réaménagement de la route entre Carrières et Triel mais au lieu de favoriser les transports en commun entre ces deux villes saturées par les voitures, il veut encore favoriser l’usage de la voiture, une vision retoquée par l’Autorité environnementale.

En 2012, le Département avait présenté en enquête publique son projet de liaison RD30/RD190 et construction d’un nouveau pont à Achères. Avec l’association Non au Pont d’Achères, nous avions montré grâce à des données du bureau d’études (non jointes au dossier) que ce projet couteux (120 M€) allait conduire à une saturation complète de la Boucle de Chanteloup. Le commissaire-enquêteur avait logiquement donné un avis défavorable au projet estimant que les inconvénients du projet l’emportaient sur les avantages.

Concernant le réaménagement de la RD190, la première remarque de la Mission Régionale de l’Autorité environnementale (MRAe) concerne la notion de programme : comment le Département peut-il présenter deux projets routiers situés au même endroit de façon indépendante et sans montrer leurs impacts cumulés ? C’est contraire à la législation.

Sur ce projet de réaménagement de la RD190, le Département semble encore une fois avoir voulu dissimuler les données montrant que son projet n’est pas bon : la MRAe recense les nombreuses données absentes :

  • Les dates de mises en service de ce projet et de la liaison RD30/RD190 ne sont pas précisées,
  • Les simulations de trafic à la mise en service et à la date de livraison des nombreux projets immobiliers de Carrières-sous-Poissy,
  • Les besoins futurs de déplacements en bus,
  • Les objectifs du TCSP (Transport en Commun en Site Propre, c’est-à-dire une ligne de bus avec horaires réguliers et voie dédiée),
  • Une évaluation de l’adéquation du projet retenu avec les besoins en terme de déplacement en bus.

Il est clair que Jean-François Raynal, vice-président aux mobilités au Conseil Départemental, a mis en œuvre les bonnes vieilles recettes : développer avant tout le réseau routier sans étudier d’alternatives à l’automobile. Où sont donc passées les mobilités ? Pour le réaménagement de la RD190, il aurait fallu privilégier le TCSP sur tout le trajet entre Carrières et Triel et non pas augmenter le nombre de voies pour les voitures. Que vont faire les automobilistes qui vont arriver à Carrières, sinon rester bloqués sur le pont de Poissy.

Coupe de la chaussée hors zone urbaine : on double les voies pour les voitures sans favoriser la circulation des bus

Sur son site internet, le Département affirme que le projet va permettre d’améliorer les conditions de circulation et la sécurité de la RD 190 dans la boucle de Chanteloup mais l’étude d’impact reconnait qu’il y aura augmentation de la circulation automobile : 20 millions d’euros pour augmenter les embouteillages !

Bien entendu, il y aura encore des voix pour dire que pour résoudre cela, il n’y a qu’à construire le Pont d’Achères et pourquoi pas l’A104.

Le Département doit maintenant revoir sa copie pour présenter son dossier en enquête publique : nous ferons bien entendu part de nos arguments au commissaire-enquêteur.

Le nord des Yvelines est déjà saturé de routes et de voitures ; la circulation automobile ne peut pas augmenter dans les mêmes proportions que les constructions réalisées et à venir dans la Boucle de Chanteloup ; favoriser localement la circulation automobile, c’est augmenter encore la saturation partout ailleurs. Monsieur Raynal ne peut-il pas comprendre cela ?

 

Photo et schéma extraits du document de présentation du projet

Appel d’offre pour désigner la maitrise d’œuvre du projet

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *