Le projet de Marina

Le terrain appelé la Pointe de Verneuil se situe au cœur de l’Ile de Loisirs du Val de Seine : il s’agit plutôt d’un rectangle situé le long de la Seine entre l’étang de la Grosse Pierre et l’étang du Gallardon ; ce terrain d’une dizaine d’hectares est complétement entouré d’espaces naturels abritant des espèces remarquables. Une partie de ce terrain est classé en ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêt Faunistique et Floristique) et en zone N au niveau du Plan Local d’Urbanisme (PLU), c’est-à-dire en zone où il n’est pas possible de construire.

Le projet de marina consiste à construire un port de plaisance de 200 emplacements entouré de 450 logements (avec immeubles de 4 étages) et 115 places de parking. L’ambition de l’aménageur (Bouygues Immobilier) est de créer une marina avec restaurants autour du port, ambiance moules frites garantie.

Cet aménagement conduirait à augmenter fortement la population de Verneuil-sur-Seine de plus 1000 personnes alors que déjà les habitants se plaignent beaucoup de l’urbanisation des moindres espaces restés libres dans la ville bien que ces espaces soient constructibles selon le PLU ; pourquoi donc en plus aller construire dans une zone naturelle au milieu de l’Ile de Loisirs ?

Seule explication donnée par le maire de Verneuil pour la construction de cette marina (Courrier des Yvelines du 27/12/2017) : « Je voulais positionner ici un projet structurant pour notre territoire ». Comment appelle-t-on cela : le fait du Prince ? Monsieur Tautou ne fait même pas semblant de nous faire croire qu’il s’agit d’un projet élaboré en concertation avec son conseil municipal, avec les instances en charge du PLUi (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal), avec les responsables de l’Ile de Loisirs, avec la population.

Pour nous la vallée de la Seine a un fort enjeu écologique mais aussi historique. Ces terrains disponibles sont une opportunité pour maintenir dans l’Ile de Loisirs une zone protégée accessible à tous. Construire une marina, c’est une idée bling bling de mauvais goût pour mieux faire passer une vaste opération immobilière qui n’a d’autre utilité que de satisfaire l’égo de son promoteur.

Philippe Tautou, maire de Verneuil et président de GPSEO se fait fort de profiter du passage du PLU communal au PLUi intercommunal pour gommer discrètement la zone naturelle et ainsi permettre à Bouygues Immobilier de construire son port.

Bien entendu nous nous opposerons à la disparition de cette zone naturelle.