La société COLAS Rail veut s’implanter sur les terres de la ferme de la Haye

Publié par

Grâce à l’opposition farouche de milliers de personnes, le projet délirant de construction d’un circuit de Formule 1 sur le site de la ferme de la Haye aux Mureaux avait été abandonné en 2009. C’est sur une partie de ce site que la société COLAS Rail veut s’étendre.

La société Colas Rail, filiale du groupe Bouygues veut rassembler ses agences des Yvelines sur son site des Mureaux dans la zone industrielle à proximité de la voie ferrée. A cette occasion, l’entreprise Colas Rail envisage d’étendre son emprise de 8 700 m3 au détriment de terres agricoles.

vue ensemble

Ce site de 174 ha est aujourd’hui consacrée à l’agriculture biologique ce qui permet de préserver une importante nappe d’eau souterraine alimentant en eau environ 400 000 personnes dans l’ouest parisien (environ 30 millions de m3 par an). On ne peut pas avoir deux discours : d’une part privilégier l’agriculture bio et de proximité et d’autre part urbaniser à outrance en consommant sans cesse des terres agricoles. C’est le principe même du produire sur place pour consommer sur place qui est remis en cause.

Ce qui est encore plus choquant c’est que l’installation de l’agriculteur a été aidée par des fonds publics  : Agence des Espaces Verts (Région IDF) en ce qui concerne les terres et le programme européen Leader pour le matériel agricole. Les limites de l’extension urbaine doivent être clairement définies pour pérenniser l’espace agricole dédié à une production locale soucieuse de l’environnement. Encore une fois nous sommes étonnés du peu d’empressement de l’Agence des Espaces Verts à défendre les terrains dont elle est propriétaire.

Etant donné les bonnes relations de la société Colas Rail avec la municipalité des Mureaux, il n’a pas été difficile d’obtenir lors de la réunion du conseil municipal du 19 novembre dernier une révision accélérée du Plan Local d’Urbanisme permettant de déclasser une partie de la zone agricole (A) et de la transformer en zone d’activités économique (UE). La municipalité a promis une réunion publique, nous ne manquerons pas de vous tenir informés de ce dossier.

Aujourd’hui 1 hectare est abandonné, combien demain ? Nous n’avons pas défendu en vain cet espace agricole contre le circuit de Formule 1 : nous devons agir et nous appelons les associations et les élus prêts à défendre avec nous cet espace menacé à nous contacter.

site colas

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *