Déviation de la RD154 : Le Conseil National de la Protection de la Nature donne un avis négatif sur le dossier de demande de dérogation pour la destruction d’espèces protégées

Publié par

Le Bois de Verneuil est un bois d’une grande richesse où de nombreuses espèces protégées sont présentes. Pour construire la déviation de la RD154, le Conseil Départemental a dû déposer un dossier de dérogation pour autoriser la destruction d’espèces protégées : ce dossier a été étudié par une commission nationale composée de spécialistes qui ont donné un avis négatif à cette demande de dérogation.

C’est peu dire que la commission a donné un avis négatif ; elle a en fait donné une volée de bois vert au projet porté par le Département. La commission pose la question de l’intérêt public majeur de cet aménagement et pointe des impacts résiduels minimisés et des mesures de compensation très insuffisantes par rapport aux impacts du projet de déviation.

La conclusion de la commission est sans appel :

Sans qu’il soit besoin de détailler davantage les parties de l’étude, le CNPN se prononce défavorablement sur ce projet tant que des mesures compensatoires sérieuses, conçues avec les naturalistes régionaux (conservatoire botanique national, Chiroptérologues, batrachologues, ornithologues) pour éprouver leur faisabilité et leur occurrence, ne seront pas plus abouties à la dimension du massif boisé et sa liaison avec les milieux ouverts, entre le futur giratoire 2 et la forêt.

Cet avis conforte le combat d’ADIV-Environnement qui a toujours défendu ce bois contre le projet de déviation dont les bénéfices sont bien maigres au regard de l’atteinte à l’environnement.

Que va-t-il se passer maintenant ?

Nous rappelons qu’en ce moment et jusqu’au 7 juillet 2019, une consultation sur le dossier de demande de dérogation est organisée par la Direction Régionale de l’Environnement (DRIEE). Nous préparons un argumentaire sur la question de l’utilité de cette déviation et sur les inventaires réalisés. Nous vous invitons à donner également votre avis sur le site de la DRIEE, notamment sur la question de l’impact de la déviation dans le bois.

Ensuite, ce sera au Préfet des Yvelines de se prononcer sur la possibilité de réaliser ou non les travaux dans le bois sur la base de l’avis du CNPN et de la consultation du public.

Ce qui est sûr c’est qu’après un tel avis du CNPN, le Département est bien loin d’abattre les arbres dans le Bois de Verneuil.

En en-tête d’article : Thécla de l’Orme (Satyrium w-album), une des espèces oubliées dans le dossier du Département (Photo de Benjamin Fougère)

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *