Une enquête publique pour l’extension de la carrière d’argile située dans le bois de Verneuil aura lieu à Chapet du 14 octobre au 20novembre 2013

Publié par

Le groupe Terréal prévoit une extension de son exploitation de la carrière d’argile dans le Bois de Verneuil (sur la commune de Chapet). L’argile est utilisée pour la réalisation de tuiles à l’usine des Mureaux.

L’association ADIV-Environnement vous invite à prendre connaissance du dossier mis à votre disposition lors de l’enquête publique qui se déroulera du 14 octobre au 20 novembre 2013 à la mairie de Chapet. Le dossier sera accessible :

  • le Lundi de 10h00 à 12h00 et de 16h30 à 19h00,
  • du Mardi au Vendredi de 10h00 à 12h00 et de 15h00 à 17h00,
  • le Samedi de 9h00 à 11h30.

.

Le commissaire-enquêteur sera présent pour répondre à vos questions :

  • Lundi 14 octobre 2013 de 16h30 à 19h00,
  • Samedi 19 octobre 2013 de 9h00 à 11h30,
  • Lundi 4 novembre 2013 de 16h30 à 19h00,
  • Samedi 16 novembre 2013 de 9h00 à 11h30,
  • Mercredi 20 novembre 2013 de 15h00 à 17h00.

.

Nous n’avons pour le moment pas pris connaissance du dossier (seul le résumé non technique de l’étude d’impact est disponible sur le site de la préfecture des Yvelines). Ce document est très intéressant, nous vous conseillons vivement d’en prendre connaissance en cliquant ici.

.

L’association ADIV-Environnement est favorable au maintien de l’emploi dans la région (l’usine Terréal des Mureaux employait 67 personnes en 2010) et le fait d’exploiter une carrière d’argile à proximité de l’usine de transformation relève du bons sens; d’autant que les procédures très strictes d’extraction d’argile prévoient le reboisement au fur et à mesure des travaux.

.

Néanmoins, nous porterons une attention particulière à ce dossier pour les raisons suivantes :

  • Défricher le bois de Verneuil à l’endroit même où nous venons d’empêcher la construction de la déviation de la RD154 ne peut nous laisser indifférent,
  • La surface envisagée par la demande Terréal nous paraît démesurée par rapport à l’activité de cette société (pour mémoire, Terréal a obtenu une prolongation d’exploiter jusqu’en mai 2020 les 13 ha prévus initialement se faire entre octobre 2002 et décembre 2011; et maintenant, c’est le doublement de cette surface qui est sollicitée),
  • L’extension de la carrière demandée par Terréal va jusqu’à proximité de la Clinique de Bazincourt,
  • Dans son dossier, Terréal annonce que l’exploitation ne porte pas atteinte au paysage car située en forêt : ce n’est pas ce qu’on constate au niveau du carrefour du Chêne Ferré, haut-lieu de la promenade dominicale dans le Bois de Verneuil : à cet endroit, on découvre en effet toute l’étendue de la carrière actuelle, l’absence d’un rideau d’arbres ou de haies végétales est regrettable,
  • La route de Séparation (allée rouge) est régulièrement remblayée par des déchets d’usine ce qui conduit à une surélévation de celle-ci et à un enfouissement progressif des arbres.

.

Bien entendu, la société Terréal nous parle sur son site du Grenelle de l’Environnement et de maisons BBC (Bâtiments Basse Consommation).

.

Tout cela conduit donc à être vigilant sur ce dossier, à bien étudier l’étude d’impact afin de vérifier que tous les enjeux environnementaux ont bien été pris en compte, à voir quelles sont les conditions d’exploitation de la future carrière et à vérifier dans quelles conditions seront faites les remises en état après la période d’exploitation.

.

.

6 commentaires

  1. Bonjour

    Je me promène tous les jours dans le bois de Verneuil
    Le chêne ferré est un courant d air qui va le faire mourir
    pourquoi avoir été si près ????
    En ce moment problème de pollution alors gardons notre foret intacte
    ces camions les allées et venues où est le calme
    j en ai assez de cette société
    Cordialement
    mg

    1. Nous avons déposé à l’enquête publique des remarques sur les atteintes au paysage de la carrière actuelle : un petit merlon de terre a d’ailleurs été mis en place par Terreal suite à notre intervention. Les carriers sont autorisés à exploiter jusqu’à 10 mètres de la limite de la parcelle.
      Nous avons également fait des remarques sur l’utilisation de la route de Séparation.

  2. Bonjour l’ADIV
    Merci d’avoir reconnu une certaine contradiction sur ce thème de la préservation de notre massif forestier entre le projet de déviation de la RD154 et cette demande d’extension de la carrière qui me parait à moi aussi démesurée tant en surface que pour sa durée. Ainsi je comprends bien votre position et je partage globalement votre avis au commissaire enquêteur.
    J’aurais cependant une observation complémentaire à vous suggérer concernant les eaux décantées en fond de carrière et qui sont rejetées ensuite dans le milieu. Le ruisseau d’Orgeval ne bénéficie pas aujourd’hui d’un entretien suffisant qui garantisse sa parfaite vacuité pour absorber ces volumes de rejet. Il serait donc souhaitable que l’autorisation éventuelle fixe à l’exploitant une obligation de résultat sur ce point.
    Bien amicalement, MP

    1.  » concernant les eaux décantées en fond de carrière et qui sont rejetées ensuite dans le milieu. Le ruisseau d’Orgeval ne bénéficie pas aujourd’hui d’un entretien suffisant qui garantisse sa parfaite vacuité pour absorber ces volumes de rejet. Il serait donc souhaitable que l’autorisation éventuelle fixe à l’exploitant une obligation de résultat sur ce point ».

      Nous ne partageons pas tout à fait votre point de vue, en effet:
      • d’une part, le ruisseau d’Orgeval n’est pas entretenu depuis des années, de nombreux points bas constituent de véritables zones humides, écologiquement riches pour le développement de la flore et de la faune.
      • d’autre part, nous pensons que le pompage des eaux en fond de carrière peut entrainer l’assèchement de toutes les remarquables zones humides de la zone des Planes, c’est à notre point de vue le véritable danger.
      • Finalement, le maintien du ruisseau d’Orgeval en l’état pourra conduire à pomper à la façon des « Shadocks qui pompaient, pompaient… »

      Pour être sérieux, nous serons attentifs à ce que la richesse de la « Zone des Planes » soit préservée.
      Cordialement

  3. Bonjour,

    L’auteur du document (résumé non technique de l’étude d’impact) évoque en page 12 « la future déviation RD 154 » sic !

    Cordialement,

    OV

    1. Ce résumé non technique a été fait avant que la décision d’abandon de la RD154 n’ait été prise. Terréal devra tenir compte de ce fait et modifier la séquence des travaux d’extraction prévue.

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *