Dans les Yvelines, quelques communes réduisent leur éclairage public : pourquoi cette démarche n’est-elle pas généralisée ?

Publié par

 

Le journal la Gazette en Yvelines, dans sa livraison de début décembre, nous informe que certaines communes des Yvelines réduisent l’éclairage public pour des raisons environnementales ou économiques.

Avez-vous déjà été prendre le train à la gare de Vernouillet-Verneuil à 3h du matin ? Non, bien sûr car à cette heure-là il n’a pas de trains qui circulent : n’empêche que dans ces circonstances, vous n’auriez pas de difficultés à vous diriger vers la gare car la municipalité n’a pas lésiné sur le nombres de lampadaires sur la place.

A l’heure de la COP21, il est affligeant de voir les rues de nos communes largement éclairées toute la nuit : y-a-t-il beaucoup de personnes qui se déplacent à pied à 3h du matin en semaine dans nos villes ? Le bon sens voudrait que l’éclairage soit arrêté ou fortement diminué lorsqu’il n’y a personne dans les rues.

Beaucoup de solutions s’offrent aux municipalités pour réduire l’éclairage public qui est souvent vieillissant et qui va devoir être adapté aux nouvelles exigences réglementaires dans les prochaines années :

  • Remplacer tous les lampadaires en forme de boule qui illuminent surtout le ciel,
  • Eteindre la majorité des lampadaires entre 1h et 5h du matin en semaine,
  • Mettre en œuvre des systèmes permettant un éclairage à la demande.

Réduire l’éclairage public permet bien entendu d’économiser de l’argent mais ce n’est pas le seul intérêt : Admirer un ciel étoilé est devenu un luxe qu’on ne peut plus s’offrir en région parisienne. L’ANPCEN (Association Nationale pour la protection du Ciel et de l’Environnement Terrestre) parle de perte de qualité de la nuit. Et laisser toute sa place à la nuit demande d’abandonner ce besoin inconsidéré d’éclairer ; la carte ci-dessous montre l’urgence de la situation.

carte france qualité du ciel

L’excès d’éclairage public crée également des perturbations importantes pour les animaux, notamment les oiseaux et les insectes.

La principale objection à l’arrêt de l’éclairage la nuit est liée au sentiment d’insécurité éprouvé par les habitants. Les expériences menées montrent que la diminution de l’éclairage public n’entraine pas d’augmentation des cambriolages (On peut faire un parallèle avec l’éclairage sur les routes pour lesquelles on a constaté qu’une absence d’éclairage diminuait le nombre d’accidents). Les rares personnes qui se déplacent la nuit à pied peuvent s’équiper d’éclairage individuel.

L’éclairage public a pu à juste titre apparaitre autrefois comme un progrès mais il doit maintenant reconsidéré à l’aune de ses impacts négatifs : il ne faut plus éclairer partout et tout le temps.

 

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *